CEPAGE IMMOBILIER : On n'a jamais eu des conditions bancaires aussi bonnes dans l'immobilier - Actualités - CEPAGE IMMOBILIER immobilier le soler , immobilier rivesaltes , immobilier pezilla la riviere , immobilier perpignan , immobilier peyrestortes , immobilier espira de l agly L’Immobilier Equitable 100 % Expert ! * immobilier Rivesaltes, Le Soler - Appartement, Bastide, Bergerie, Bureaux, Domaine agricole, Entrepôt / Local industriel, Fonds de commerce, Immeuble, Local commercial, Loft, Maison, Maison de village, Mas, Parking / box, Programme Neuf, Terrain, Terrain de loisirs, Villa, - Rivesaltes, Le Soler - CEPAGE Immobilier, votre expert immobilier sur Rivesaltes, Le Soler et la région de Perpignan.

On n'a jamais eu des conditions bancaires aussi bonnes dans l'immobilier

Partager sur :
On n'a jamais eu des conditions bancaires aussi bonnes dans l'immobilier

Les taux immobiliers sont au plus bas, les prix baissent. Des conditions idéales pour un redémarrage du marché.
 C’est comme si tous les feux passaient au vert. La BCE a de nouveau fait baisser le loyer de l’argent en Europe. Elle projette aussi de racheter des titres adossés à des crédits hypothécaires, pour que les marchés financent la dette privée. Quant aux prix, ils sont en baisse dans la plupart des grandes villes de France. -3,4% à Paris, -4,2% à Marseille, selon Les Echos. Qu’en est-il dans les PO ?
 La baisse des taux de la BCE est rassurante pour les acteurs, qui sont encouragés à s’endetter. On n’a jamais eu des conditions aussi bonnes ! Les taux au plus bas, conjugués à la baisse des prix, permettent d’acheter plus grand, plus beau, plus près du centre-ville qu’il y a quelques années. Le volume de crédit pour 2014 n’est pas mauvais, d’ailleurs, avec à peu près 730 000 opérations. Seuls les primo-accédants hésitent encore.
 Qu’est-ce qui pourrait les faire revenir ? La confiance. Ce ne sont pas les banques qui bloquent. Bien sûr, les nouvelles contraintes émises par Bâle III les empêchent de financer à 110% la clientèle fragile. Mais les banques prêtent beaucoup. Des prêts à 100% pour de jeunes primo-accédants, sur 30 ans… ? On leur serine que « les banques ne prêtent pas » et que « les prix vont s’effondrer », ce qui est faux. Les banques sont demandeuses, elles ont besoin de cette clientèle !
 La Chambre des notaires vient de dévoiler les chiffres de l’année 2013. Sans surprise, les prix des transactions présentent une tendance baissière et Perpignan est touché plus durement. Premier constat sur le marché de l’immobilier : « Les prix étaient bien plus élevés en 2007 qu’aujourd’hui ». Voilà comment les notaires du département traduisent les chiffres. Selon eux, un acquéreur fait en ce moment une meilleure affaire par rapport à quelques années en arrière. « Ou du moins, on a plus d’opportunités d’acheter au même prix un bien plus grand », fait remarquer l’un d’entre eux. En se penchant sur l’indice des prix, on observe en effet que la tendance est légèrement à la baisse. Mais les indicateurs sont loin d’être catastrophiques. Les transactions se maintiennent au même titre que les prix. Le marché semble en terminer avec ses corrections structurelles. Et les notaires le confirment : « C’est le moment d’investir ».
 Pourquoi les prix ne continueraient-ils pas à baisser ? L’effondrement des prix, c’est une théorie d’économiste. Sur le marché immobilier, on manque de logement. La demande est bien présente, mais elle est en attente. Tant qu’on ne construit pas plus, le marché va rester tendu. Et si le gouvernement revenait vers une extension du prêt à taux zéro dans l’ancien, quitte à le lier à l’économie d’énergie ? On a accusé le PTZ de contribuer à la hausse des prix, mais il permettait aux primo-accédants de financer leurs frais de notaire. S’il était conditionné à l’achat de biens vétustes, il permettrait de remettre sur le marché des biens nécessitant des travaux que leurs propriétaires refusent de faire…